Alors que la rentrée universitaire arrive à grands pas, les statistiques de mon blog montrent un intérêt accru pour la rubrique "Etudes de droit" avec une poussée de fréquentation pour les billets qu'elle contient.

Ce billet s'adresse donc tout particulièrement aux étudiants qui s'apprêtent à entrer en 1ère année de droit. Je vais essayer de leur donner quelques trucs pour les aider à passer ce cap. En premier lieu, qu'ils soient rassurés, la 1ère année est loin d'être la plus difficile. Ce qui perturbe le plus souvent les nouveaux étudiants, c'est le changement des méthodes de travail. En particulier, le fait que les cours soient dispensés en amphithéâtre et que chaque cours dure 3 heures (parfois avec une seule pause de 5 minutes au milieu) nécessite de faire preuve de patience et d'une grande concentration. Dans ce contexte, la prise de notes se révèle parfois difficile, d'autant plus que le rythme est généralement assez rapide, le programme étant chargé.

Or il est certain que de la qualité de la prise de notes dépend directement la réussite des étudiants aux examens. Le cours est finalement le premier ouvrage de référence de l'étudiant en droit. C'est la substantifique moelle de ce que tout étudiant doit savoir, la connaissance nécessaire et à la fois suffisante qu'il doit acquérir. Il est toujours possible de travailler sur des manuels de droit mais ceux-ci sont généralement d'énormes pavés de plusieurs centaines de pages, et il est quasiment impossible d'en retenir le contenu lorsque l'on découvre les matières. Le choix est assez simple entre apprendre un cours manuscrit de 300 pages et un manuel dactylographié de plus de 600 pages (pour ceux qui pensent que j'exagère, voir l'exemple d'un ouvrage de 1ère année en droit civil ici).

Certes me direz-vous mais apprendre un cours nécessite au préalable de le retranscrire par écrit. Et ce n'est pas toujours facile, les griefs les plus courants des étudiants à l'égard des professeurs d'université étant la rapidité avec laquelle ils dispensent le cours, la complexité des phrases, le manque d'explications détaillées et l'impossibilité d'en demander.

Qu'est-ce que prendre des notes de manière efficace ? C'est tout simplement retranscrire sans erreur un cours dispensé oralement sur un support physique (papier, ordinateur, je vous déconseille le pupitre d'amphi comme le papier toilette) de manière à ce que les éléments retranscrits soient facilement mémorisables. Pour y parvenir, il existe 3 méthodes qui ont fait leur preuve (mais chacun peut développer sa propre méthode avec l'expérience) :
- La prise de notes au sens strict du terme : elle consiste à retranscrire le cours sans écrire de phrase, en utilisant des abréviations et un système de codes préétablis (par exemple une flèche pointant vers la droite exprime la notion de conséquence, alors qu'une flèche pointée vers la gauche exprime un lien de causalité). Cette méthode présente l'avantage de la rapidité : elle permet de retranscrire la substance d'un cours même si le professeur va très vite. En revanche, elle a deux inconvénients majeurs : seules les grandes idées peuvent être retranscrites, car l'absence de phrases construites empêche en pratique de retranscrire des détails ou des nuances subtiles, et cette méthode nécessite d'avoir un esprit très synthétique et de faire immédiatement le tri entre ce qu'il faut noter et ce qui est inutile. Le droit étant une matière où les détails sont au moins aussi importants que les principes, je déconseille généralement cette méthode de prise de notes, en tout cas la 1ère année. En effet, le rythme des cours ne justifie pas d'y avoir recours car les professeurs font généralement assez attention pour ne pas parler top vite.
- La prise de notes intégrale : c'est la méthode opposée à la précédente. Il s'agit de retranscrire intégralement (mot à mot) le cours. On peut néanmoins utiliser quelques abréviations pour gagner du temps (par exemple, écrire "constit." au lieu de "constitutionnel"). L'inconvénient est qu'il faut écrire très vite et que c'est assez fatiguant mais l'avantage est que l'on est sûr de prendre parfaitement le cours et de ne pas faire d'erreur. En plus c'est beaucoup plus agréable d'apprendre un cours pris de cette manière (on relit des phrases et non une suite de signes cabalistiques). En 1ère année de droit cette méthode est applicable à mon avis, surtout si on prend les cours sur ordinateur, car dans ce cas on peut le peaufiner en supprimant les fautes et en réécrivant a posteriori les passages que l'on n'a pas eu le temps de prendre parfaitement. L'inconvénient majeur de cette méthode est qu'elle permet aux étudiants de passer en mode "écriture automatique" : l'étudiant écrit mécaniquement ce qu’il entend sans penser au sens des phrases qu'il écrit (ce qui lui laisse le temps de rêver en cours). Tout le monde a appliqué cette méthode un jour ou l'autre au collège ou au lycée donc je suis sûr que vous en comprenez le danger.
- La prise de notes personnalisée : cette méthode est proche de la précédente mais elle consiste à reformuler les phrases prononcées par le professeur afin de les rendre plus parlantes pour l'auteur de la prise de notes. Par exemple, si le professeur se lance dans une explication de 2 ou 3 minutes, la méthode consiste à écouter l'explication, à la comprendre, puis à la résumer en deux ou trois phrases. Cette méthode a plusieurs avantages : elle permet une prise de notes plus rapide que la retranscription mot à mot du cours, elle oblige à suivre attentivement le cours (donc le mode écriture automatique n'est pas possible), elle permet d'être pleinement conscient de ce que l'on écrit et elle facilite l'apprentissage car l'étudiant "réécrit" le cours comme s'il le faisait lui-même. L'inconvénient majeur est que l'étudiant doit être capable d'écouter et d'écrire en même temps ce qui a été dit la minute précédente. Il y a en effet un décalage entre le moment où l'étudiant écoute et comprend ce qui est dit et le moment où il le retranscrit... tout en écoutant la suite du cours pour pouvoir la retranscrire après. Autrement dit il faut pouvoir faire deux choses à la fois. Ca paraît peu évident mais c'est en réalité assez facile et on en prend très vite l'habitude.

Dans tous les cas, quelque soit la méthode que vous appliquez, je vous conseille de prendre le cours sur ordinateur (oui je sais, tous les amphithéâtres ne sont pas équipés de prises de courant en nombre suffisant). Cela vous permet d'avoir des cours propres et attrayants qui prennent trois fois moins de place (un cours dactylographié de 100 pages correspond à un cours manuscrit de 300 pages environ). Cela vous permet également d'imprimer la partie du cours qui vous intéresse (par exemple pour l'annexer à la séance de travaux dirigés correspondante, de l'emporter avec vous pour la réviser dans les transports en commun, etc.). L'informatique vous offre enfin la possibilité de compléter les cours avec des manuels (cela peut être utile pour développer des parties du cours peu claires ou lacunaires) et d'ajouter des commentaires personnels si besoin est.

J'espère que ces quelques astuces aideront les étudiants en droit qui s'apprêtent à sauter dans l'inconnu de la 1ère année. Je leur souhaite bon courage. Qu'ils s'épanouissent dans leurs études.